CIE LES JUSTINS

Refonte en cours du visuel pour une navigation plus aisée - La version anglaise bientôt disponible


Présentation

Photos et Vidéos

Presse

Technique
 

 

LES SPECTACLES
ELECTRO
ECHADANSES
PAMELA
33 BATAILLON

LES SPECTACLES

LE 32ème BATAILLON PYROTECHNIQUE MOBILE

Revue de Presse

Les pompiers pyromanes du 32ème Bataillon pyrotechnique ont enflammé et enfumé le 3ème arrondissement. De la Fosse aux Ours à la Place Guichard, leur prestation détonnante a permis, une toute petite seulement, de réveiller un quartier en sommeil. Merci la Maison pour Tous.

Passés dans le quartier comme une traînée de poudre, le Bataillon a réveillé de sa torpeur un quartier peu animé. Habillés de cuir rouge, noir et or, les seize énergumènes masqués de la cie Les Justins n'ont pas chômé. Entrée très vite dans le vif du sujet, menée à coups de sifflets par la Mère Potof (il s'agissait de la famille Pot au feu), la troupe dopée par les sirènes hurlantes a su manier ses engins explosifs sans ratés, au nez des badauds conquis une fois apprivoisés.

Le Progès - Lyon Matin
Dimanche 9 décembre 2001

 

"Comment expliquer ce qui s'est "magiquement passé", samedi soir, dans la cité ? Quelques lignes ne pourraient suffir, tant le spectacle était grandiose. Malgré le mauvais temps, les spectateurs n'ont pas hésité à suivre la Compagnie Justins Petit Pois. Une fausse bande de sapeurs pompiers carrément loufoques, qui avait bel et bien décidé de mettre le feu à la ville, tambours en mains. Et commençant par la place Charlie Chaplin.
Dès 22 h, celle-ci était envahie par la famille du 32ème BPM (Bataillon Pyrotechnique Mobile), de drôles de personnages aux visages masqués, crachant du feu, hurlant sous les ovations d'un public au regard rêveur. Prêt à partager les délices de l'éphémère artifice en se laissant "porter" dans un tourbillon d'étincelles...."

Le Dauphiné Libéré - 23 juin 1997

EXPLOSIF

"La réputation du 32ème Bataillon Pyrotechnique Mobile n'est pas usurpée. Comme bande d'allumés, on ne fait pas mieux. A tel point que sur les premiers 50 mètres, les gens ont préféré garder leurs distances. Pétards, fumigènes, feux d'artifice... le départ s'est fait dans un nuage de fumée qui en a dissuadé quelques-uns. A tort. Le meilleur était à venir. A hauteur de la place Gabriel-Péri, le curieux Bataillon a entamé le cours de la Liberté dans un tourbillon d'étincelles au son d'une fanfare pétaradante "

COMME UNE TRAINEE DE POUDRE

Dominique Menvielle

©les justins2002
Arts et Spectacles - Pyrothechnie - Echasses